Décryptage 4 min

5 conseils pour créer son entreprise pendant une crise économique

Et si une crise était aussi une bonne occasion de se lancer dans l’entrepreneuriat ? Dans une volonté de redynamiser l’économie, de nombreuses opportunités et aides sont mises en place pour sauver les petites structures ou même en créer de nouvelles. Uber, Slack, Whatsapp… Ces entreprises aujourd’hui incontournables ont ainsi été créées durant la crise de 2008. Et si c’était le bon moment pour lancer votre entreprise ? Voilà quelques conseils avant de vous lancer.

Avant de vous lancer...

... assurez-vous d'avoir l’âme entrepreneuriale en vous posant les bonnes questions :

- Est-ce que je résiste bien à la pression ?

Créer une entreprise est un parcours exigeant, qui demande une grande capacité de résistance à la pression. Demandez-vous comment vous réagissez dans les situations de stress : est-ce un moteur ou un frein pour vous ? Repassez en revue ces situations vécues et analysez comment vous avez réagi.

- Suis-je prêt à travailler les premiers mois sans pouvoir me payer ?

Monter son entreprise prend du temps, et pouvoir en vivre n’est jamais assuré. Il faut compter environ un an avant de se constituer un salaire mensuel. Soyez réaliste et étudiez sérieusement la rentabilité de votre projet.

- Ai-je suffisamment de temps à consacrer à ce projet ?

Entre les études de marché, les rencontres de professionnels, les formations, la mise au point de business plan… monter son entreprise est un travail à temps plein ! Assurez-vous de pouvoir prendre le temps nécessaire pour éviter toute frustration.

Vous vous sentez l'âme d'un entrepreneur ? Voilà nos conseils pratiques pour vous aider dans cette aventure.

1/ Repérez les opportunités

La crise bouleverse nos quotidiens, nous oblige à repenser nos modes de fonctionnement, de pensée et de consommation. Certains besoins disparaissent, d’autres se créent. Sachez repérer les opportunités.

Pour cela, tenez-vous informé quotidiennement de l’actualité. Les nouveaux besoins se créent sur les nouvelles habitudes de vie, les nouveaux usages. Ensuite, soyez à l‘écoute du marché sur lequel vous souhaitez vous positionner à travers les médias spécialisés et les associations pour start-up et TPE/PME. Allez à la rencontre des professionnels du secteur pour rester connecté à une réalité terrain soit lors d’événements (en ligne ou en physique) soit en les contactant directement grâce à votre réseau. Enfin et surtout, faites une étude de marché  undefined ! C’est la démarche indispensable pour monter votre business plan. Si vous souhaitez le réaliser seul, plusieurs organismes peuvent vous y aider tels que la CCI ou la BPI… Vous devrez répondre à de nombreuses questions telles que :

- Quelle sera ma cible ?

- Qu’ai-je de plus à offrir ? À quel besoin répond mon offre ?

- Qui sont mes concurrents ? Quelles sont leurs forces et leurs faiblesses ?

- Mon offre remplit-elle un besoin dans ma zone géographique ?

- Comment vais-je générer du bénéfice ? etc.

En pratique : assurez-vous de bien connaître les usages de votre future cible, les opportunités de votre marché et surtout le fonctionnement de vos concurrents.

2/ Ayez toujours un coup d’avance

Vous souhaitez monter votre affaire aujourd’hui ? Pour cela, commencez par penser à demain. Ce qui fait le succès d’une entreprise est sa capacité à adapter son business model sur le long terme, à se réinventer. Si les crises sont des événements ponctuels, elles ont des effets sur plusieurs années et développent de nouveaux usages… eux-mêmes évolutifs. Vous devez donc faire preuve d’agilité. Le quotidien d’un jeune entrepreneur est chargé, le temps peut manquer… Cependant, si vous souhaitez pérenniser votre structure, il est indispensable de prendre du temps pour observer le secteur et le marché, de refaire régulièrement votre étude de marché et de challenger au minimum une fois par an votre offre et votre business model. Se remettre en question est la meilleure façon d’avancer. Certains pourront même être amenés à opérer un virage sévère pour donner un second souffle à leur entreprise. En langage start-up, on appelle cela des “pivots”[1]:  le fait de revoir en profondeur sa cible, son circuit de distribution ou sa monétisation après avoir constaté un défaut dans son positionnement initial.

 

En pratique : dès la création de votre structure, ayez en tête ses possibles variations pour l’année suivante. Cela montrera que le modèle est viable et évolutif.

3/ Renseignez-vous sur les aides 

 

La question du financement de votre entreprise est essentielle. Dans un contexte normal, il se compose bien souvent de plusieurs sources, de l’autofinancement aux Business Angels[2] en passant par les associations et les banques. Lors d’une crise, l’État met davantage de moyens pour relancer l’économie via des aides sur les démarches à entreprendre, les lois et le financement. Elles peuvent être nationales ou régionales. N’hésitez donc pas à vous renseigner à différents niveaux. A titre d’exemple, la BPI[3] a mis en place plusieurs aides pour aider à la création ou à la survie des petites structures telles que le prêt Rebond et prêt Atout, la garantie bancaire etc. Parallèlement, de nombreuses aides à la formation se sont mises en place pour monter en compétences et mettre toutes les chances de votre côté.

 

En pratique : renseignez-vous pour connaître les différentes aides proposées. Elles sont variées et peuvent provenir de différentes sources, il n’y a donc pas de questions bêtes ou de démarches inutiles.

4/ Gardez la bonne attitude 

 

Créer une entreprise est également l’opportunité de faire une introspection. Soyez très honnête avec vous-même et à l’écoute de vos envies. Si, sur le papier, cela fait rêver, ce ne sera pas tous les jours facile. Cela demande de la persévérance, de la confiance en soi et de la patience. Entre démarches administratives, recherches de financement et imprévus, vous vous heurterez parfois à des portes closes. Et ce n’est pas grave. L’échec est toujours une occasion d’apprendre et de s’adapter pour arriver aux bons résultats. Pour cela, votre projet doit reposer sur une foi inébranlable et des arguments solides découlant de votre business plan. Vous serez le visage, le porte-parole et le commercial de votre projet. Votre attitude fera toute la différence.

 

En pratique : restez positif quoi qu’il arrive, quitte à avoir un exutoire extérieur (une activité sportive par exemple) pour évacuer les tensions et vous relever plus fort.

 

5/ Faites-vous bien accompagner 

 

Entre démarches administratives complexes et remises en question ponctuelles, certaines journées seront plus difficiles que d’autres. Le piège à éviter est de se refermer sur soi et sur le travail à faire. Vous devez prendre du recul et surtout bien vous entourer. Certes, il y a les partenaires professionnels et l’entourage proche mais il existe également des organismes possédant les connaissances techniques pour vous orienter. Le Conseil en évolution professionnelle est à votre écoute, vous aide à structurer votre projet et à entrer en contact avec les différents organismes à chaque étape de votre parcours. Il pourra même vous aider à ouvrir un dossier de démission si vous souhaitez quitter votre entreprise actuelle pour créer la vôtre

 

 

Pour vous aider à vous lancer, vous pouvez contacter un conseiller en évolution professionnell undefined e en appelant notre numéro vert (appel gratuit) ou en prenant rendez-vous en ligne. Vous pouvez aussi consulter notre Guide pratique Créer ma boite.

Partagez cet article :

Le CEP, qu'est-ce que c'est ?

Rencontrez un conseiller pour reprendre la main sur votre avenir professionnel

Un service gratuit, personnalisé et confidentiel, accessible à tout moment de votre carrière