Témoignage

3 min

Ma transition pour devenir aide-soignante

D’abord agente d’accueil dans un aéroport en région parisienne, Josette Fourcroy a dû changer de métier à l’occasion d’un déménagement à Arras. Devenue auxiliaire de vie, elle a souhaité après quelques années opérer une nouvelle transition professionnelle vers le métier d’aide-soignante. Pour cela, elle a sollicité le Conseil en évolution professionnelle (CEP) qui l’a accompagnée dans son parcours…

Cet article fait partie du dossier :

La formation adulte >

Vous souhaitez donner un nouvel élan à votre vie professionnelle ? Valoriser votre profil auprès des employeurs ? La formation peut apporter un second...

Changer de métier pour gagner en compétences

Dans son quotidien d’auxiliaire de vie, Josette a tout de suite retrouvé quelques points communs avec son ancien métier d’agente d’accueil : en particulier le contact humain qui lui plaisait beaucoup, mais cette fois beaucoup plus poussé. « J’ai vraiment l’impression de faire partie de la famille des gens auprès de qui j’interviens. Lorsque ce sont des personnes âgées, je m’en occupe comme si c’était un parent à moi », explique-t-elle.

 

Pourtant, après près de 3 ans d’exercice, elle a envie d’aller plus loin. C’est en particulier l’une de ses collègues, elle-même aide-soignante et qu’elle croise régulièrement au domicile de ses patients, qui lui parle de son métier et lui donne envie de sauter le pas. « Elle m’a parlé du CEP en me disant qu’elle aussi était passée par là, et m’a même recommandé la personne qui l’avait aidée à monter son dossier pour obtenir le financement de sa formation », confirme Josette.

 

De fait, l’aide-soignante va plus loin dans son intervention auprès des personnes et peut pratiquer des gestes médicaux comme la gestion du pilulier, la prise de constantes vitales ou encore le branchement d’un appareil respiratoire. C’est donc pour Josette la perspective de monter en compétences et d’améliorer la qualité du soin qu’elle apporte, tout en bénéficiant logiquement d’une meilleure rémunération.

Un accompagnement jugé « indispensable »

Dans cette optique, Josette prend rendez-vous auprès du CEP et se retrouve par hasard accompagnée par… Laetitia Lecoq, qui avait justement conseillé sa collègue. Ensemble, elles commencent par discuter du projet de Josette, puis des modalités de financement possibles. L’option retenue ? Le Projet de transition professionnelle (PTP), qui permet de bénéficier d’une formation tout en restant salarié le temps de celle-ci.

 

Pour cela, Josette doit monter un dossier auprès de l’organisme financeur : Transitions Pro. « Madame Lecoq m’a expliqué les différentes étapes, ainsi que tous les documents à rassembler. Elle m’a beaucoup aidée, notamment pour les démarches où il fallait expliquer ma motivation et mon projet, afin de mieux formuler ma pensée et de trouver les mots justes. Vraiment, je n’y serais pas arrivée seule », témoigne l’ex-auxiliaire de vie.

 

Après plusieurs mois, la (bonne) nouvelle tombe : le dossier de Josette est validé et son projet financé ! Heureuse et soulagée, celle-ci peut alors partir en formation d’aide-soignante, tout en restant salariée comme auxiliaire de vie. Durant près d’un an, elle enchaîne les périodes de stage, avant de se retrouver enfin officiellement diplômée.

Une aide-soignante heureuse, qui fait des émules

Aujourd’hui, Josette est ravie de sa transition professionnelle. Si elle ne sait pas encore qui sera son prochain employeur, elle n’est pas inquiète. « Ma conseillère m’a confirmé dès le début de ma démarche qu’il y a une tension importante dans le secteur paramédical et cela se vérifie : je ne sais plus où donner de la tête tellement il y a d’offres d’emploi ! Je viens même d’en refuser une, pour me laisser le temps de chercher une équipe avec laquelle je m’entends vraiment bien », affirme Josette.

 

Lorsqu’on lui demande si elle conseillerait de suivre un tel parcours et de se faire accompagner par un conseiller en évolution professionnelle, l’aide-soignante répond, amusée, qu’elle en a parlé à toutes ses collègues et que plusieurs s’apprêtent justement à emboîter le pas. « Je leur ai expliqué les démarches, les délais… elles n’ont plus qu’à se lancer », s’enthousiasme-t-elle.

 

La suite ? Si Josette entend pour l’heure profiter de sa nouvelle situation, elle n’exclut pas de compléter ses connaissances par une formation spécifique sur les soins palliatifs. Quant à sa conseillère, elle confie lui avoir offert une boîte de chocolats, pour la remercier de son précieux accompagnement…

Vous souhaitez vous aussi bénéficier d’un accompagnement dans votre évolution professionnelle ? Prenez rendez-vous dès à présent avec le CEP.

Partagez cet article :

Démarrer votre accompagnement CEP

Service gratuit