Décryptage

6 min

Comment faire le bilan de son année pour reprendre du bon pied ?

Encore un peu engourdi des fêtes de fin d’année ? Pour reprendre en douceur et aborder sereinement votre retour au travail, l’idéal est de réaliser d’abord un bilan de l’an passé. Cette pause stratégique doit vous permettre de prendre du recul sur ce que vous avez réussi jusqu’à présent, mais aussi sur vos marges de progression, ce que vous voudriez accomplir à l’avenir, votre santé psychique et émotionnelle, l’alignement de votre travail avec vos valeurs… tout cela pour repartir sur des bases saines.

Choisir la méthode d’évaluation qui vous convient

Avant même de lister précisément ce sur quoi vous avez besoin de faire le point, il est important d’être au clair sur la façon dont vous allez procéder pour cela. 

Si vous êtes confiant sur votre détermination et votre rigueur, l’auto-évaluation est sans doute la stratégie la plus simple. Veillez dans ce cas à être le plus factuel possible dans votre démarche : soyez exigeant envers vous-même au regard des critères que vous aurez déterminés, mais restez juste. Ne tombez pas dans l’autoflagellation ou le jugement permanent. Sachez reconnaître et valoriser le positif.

Si, au contraire, vous n’êtes pas confiant sur votre capacité à faire cet exercice seul, ou que ce tête-à-tête avec vous-même vous angoisse, n’hésitez pas à solliciter une personne extérieure. Ce peut bien sûr être le rôle d’un conseiller en évolution professionnelle que de vous accompagner dans ce moment de mise en perspective.

Concrètement, pour matérialiser votre évaluation et vous donner de la visibilité, vous pouvez commencer par vous donner une note dans chacun des domaines que vous aurez identifiés. Ainsi, vous pourrez facilement voir ceux où vous pouvez progresser. Dressez ensuite un tableau à trois colonnes : pour chacun des sujets, vous y noterez d’abord vos forces (qualités, compétences, ressources…), puis vos marges et objectifs de progression, et enfin les actions concrètes qui vont vous permettre d’avancer.

Quelques sujets importants sur lesquels faire le point

Chacun ses axes de réflexion : choisissez ceux qui vous parlent ou que vous sentez prioritaires. Faites pour cela confiance à votre intuition. Il existe néanmoins quelques grandes catégories que nous vous conseillons de balayer, pour être sûr de ne rien oublier d’important…

Votre rapport au temps dans le travail

La gestion du temps est l’une des clés de la vie professionnelle. Si celui-ci vous semble filer entre vos doigts, qu’il est source d’angoisse et que vous n’avez pas le temps de remplir vos objectifs, c’est qu’il y a un problème quelque part. Ce n’est pas nécessairement vous le fautif : votre manager vous en demande peut-être trop. Mais pour en avoir le cœur net, il est important de réfléchir d’abord à votre propre organisation.

Demandez-vous par exemple si vous êtes bien au clair sur la priorisation de vos tâches. Avez-vous été capable de discerner ce qui était indispensable de ce qui était « simplement » urgent, mais que vous auriez pu choisir de faire passer au second plan pour ne pas vous faire déborder sur vos missions principales ?

Essayez aussi d’identifier dans vos tâches récurrentes celles qui vous prennent trop de temps par rapport à ce qu’elles vous apportent, celles qui ne sont peut-être plus de votre niveau et que vous pourriez déléguer, ou à l’inverse celles que vous seul pouvez accomplir et que devez absolument prioriser. Réfléchissez en même temps pour vous, et pour votre organisation : demandez au besoin l’avis de vos collègues sur ce point.

Vos relations professionnelles

Même dans les activités solitaires, on ne travaille jamais vraiment seul : il y a toujours un client, un collègue ou même simplement un voisin de coworking… Si le télétravail rebat en partie les cartes de nos relations professionnelles, elles restent clés, qu’il s’agisse du management, de satisfaction client ou d’entretien du réseau professionnel.

Plusieurs outils sont à votre disposition pour évaluer la qualité et la profondeur de votre relationnel. Vous pouvez tout d’abord faire une évaluation individuelle auprès des personnes qui comptent le plus dans votre travail : demandez-leur tout simplement de prendre le temps de vous faire un feedback. Vous pouvez pour cela leur soumettre une trame de quelques questions importantes pour vous, en leur demandant d’y réfléchir en amont puis de prendre un moment pour en discuter en tête-à-tête avec vous.

Une autre façon de procéder, plus analytique, consiste à dresser vous-même le sociogramme de votre écosystème. Concrètement, il s’agit de faire un schéma des personnes qui gravitent autour de vous dans votre sphère professionnelle et de celles avec lesquelles vous interagissez le plus. Cela vous aidera à visualiser l’existant, et ce qui peut être amélioré : à qui devriez-vous davantage parler, et pourquoi ? Y a-t-il au contraire des gens qui monopolisent trop votre attention ?

infos

Quid de vos objectifs passés ?

Personne n’est une feuille blanche. Essayez donc de repartir des objectifs que vous vous étiez fixés par le passé. Par exemple, l’année précédente. Même si vous ne les aviez pas explicités, vous aviez certainement en vous des envies, des projets. Il est temps de faire l’état des lieux : qu’avez-vous réalisé ? Où avez-vous échoué ? Sur quoi avez-vous procrastiné ?

Plus largement, essayez de comparer votre situation professionnelle à celle d’il y a un an. Avez-vous le sentiment d’avoir progressé ? D’avoir régressé ? Sur quels points en particulier ? Êtes-vous globalement plus ou moins épanoui professionnellement ?

Ne cédez pas à la facilité du jugement à l’emporte-pièce : soyez précis. Détaillez chacun des aspects auxquels vous pensez. N'ayez pas peur de lister d’un côté les petites frustrations du quotidien, et de l’autre les petites victoires… quand on prend le temps d’y réfléchir, il y en a souvent plus que l’on ne le croit !

L’alignement avec vos valeurs

À une époque où certains n’hésitent pas à qualifier des secteurs entiers de « bullshit jobs » (métiers inutiles) et où la pandémie a contribué à désigner au contraire les travailleurs indispensables au bon fonctionnement de la société, il est normal et même sain de vous interroger sur votre propre activité professionnelle. Quel est son sens à vos yeux ? Correspond-elle vraiment à vos valeurs ? C’est l’occasion pour vous d’y réfléchir.

 

Pour cela, commencez par faire la liste des 3 valeurs qui comptent le plus pour vous professionnellement. Pour reprendre la liste dressée par le psychologue Shalom H. Schwartz, ce peut être par exemple l’autonomie, la stimulation, l’hédonisme, la réussite, le pouvoir, la sécurité, la conformité, la tradition, la bienveillance ou encore l’universalisme. Définissez bien chacune d’entre elles et ce que vous mettez derrière.

 

Ensuite, projetez-vous dans chacune de ces 3 valeurs : vous ont-elles animé au niveau professionnel cette année ? Les avez-vous ressenties dans votre quotidien ? Surtout, essayez de voir comment vous pourriez améliorer les choses. Il ne s’agit pas forcément de vous réorienter, mais de commencer par mettre en place des petites actions qui pourraient vous faire vous sentir plus aligné dans votre travail actuel. C’est là un sentiment qui peut vous procurer une profonde satisfaction.

 

Votre équilibre pro/perso

« Et vous, ça va ? » Si personne ne vous a posé la question dernièrement, autrement qu’au détour d’un couloir, alors il est indispensable de prendre le temps de sonder votre bien-être personnel en lien avec votre travail. Ce point est bien sûr la résultante des autres composantes de votre vie professionnelle, mais pas seulement.

 

Réfléchissez par exemple à ce qui, au cours de l’année passée, vous a véritablement fait du bien, reboosté, enthousiasmé. S’agissait-il de vos cours du soir de krav maga ? Du club de lecture que vous animez le weekend ? De votre semaine de découverte du Lot en solitaire ? Surtout : qu’est-ce que cela dit de vos besoins et de vos envies fondamentales ? Comment pouvez-vous en tirer des leçons sur qui vous fait également vibrer au travail, afin que celui-ci participe pleinement à votre épanouissement ?

 

Plus largement, si vous sentez que vous ne tirez pas ou plus de satisfaction de votre activité professionnelle, que celle-ci vous pèse au contraire sur le moral, c’est un vrai signal d’alerte. Réduisez la voilure et apprenez à décrocher (le soir, le weekend…) pour reconquérir votre espace personnel (moments en famille, entre amis, pour vous…). Les réactions de vos proches ou de vos collègues peuvent aussi vous mettre la puce à l’oreille : n’attendez pas le burn-out pour réagir. Saisissez au contraire ce moment que vous vous êtes accordé — félicitations ! — pour faire les bons choix pour l’année à venir.

Partagez cet article :

Démarrer votre accompagnement CEP

Service gratuit