Décryptage

8 min

Comment se reconvertir à 30 ans ?

Et si 30 ans était le bon âge pour se reconvertir et évoluer professionnellement ? La trentaine est un cap important dans une vie professionnelle, c’est une période où l’on fait un point sur ses débuts de sa carrière et les choix d’orientation. Alors que les aspirations dans le monde du travail évoluent, que les parcours sont de moins en moins linéaires, si vous sentez que votre travail ne vous satisfait plus, la trentaine peut être un bon moment pour évoluer etchanger de voie. D’après une enquête réalisée en 2021 par BVA pour Visiplus Academy, 62 % des 25-34 ans ont en effet envisagé ou réalisé une évolution/reconversion professionnelle. Quelles que soient vos envies, de nombreuses opportunités s’offrent à vous pour changer de vie professionnelle : voyons comment procéder pour faire le point sur votre situation professionnelle, mûrir votre projet de reconversion et le mener à bien.

Cet article fait partie du dossier :

La formation adulte >

Vous souhaitez donner un nouvel élan à votre vie professionnelle ? Valoriser votre profil auprès des employeurs ? La formation peut apporter un second...

Pourquoi opter pour une reconversion professionnelle à 30 ans ? 

 

Lorsque vous avez décroché votre premier emploi, vous n’avez peut-être pas été très regardant… À la sortie de vos études, qui ont peut-être elles-mêmes davantage été guidées par les normes du système éducatif ou par les aspirations de vos parents que par vos propres envies, vous recherchiez surtout une première expérience et un premier salaire. Arrivé autour de la trentaine, vous avez sans doute appris que votre épanouissement personnel compte davantage que d’inscrire une ligne supplémentaire sur votre CV. 

L’équilibre vie professionnelle – vie personnelle peut à ce titre être un élément important pour vous, de même que la qualité de vos relations de travail, ou encore les valeurs défendues par votre employeur. Peut-être faites-vous en effet partie de celles et ceux, nombreux dans votre génération, à chercher davantage de sens dans votre travail ? À vouloir apporter votre contribution, même modeste, par exemple à un monde plus respectueux de l’humain et de la planète ? Ou tout simplement pratiquer un métier qui vous a toujours attiré ? 

 

Quoi qu'il en soit, à 30 ans, tout est encore possible. Vous pouvez aussi bien vous orienter vers une nouvelle carrière, en vous formant via une reprise d’études ou via la formation continue, ou encore lancer votre propre activité. Avec un bon équilibre entre expérience et capacité à apprendre, vous restez au top de votre employabilité.

Faire le bilan sur sa carrière professionnelle 

 

Reste maintenant à définir votre nouveau projet professionnel. Pour bien vous projeter dans l’avenir, l’idéal est de commencer par faire le point sur votre carrière professionnelle aujourd’hui. Qu’avez-vous accompli, appris, apprécié ou non, et quelles envies professionnelles vous avez pour la suite ? C’est dans ce type de questionnements et de démarche que Mon Conseil en évolution professionnelle ( Mon CEP undefined ) peut vous accompagner. Votre conseiller vous aidera à faire le point sur votre situation professionnelle et pourra également vous proposer d’opter, en complément, pour un bilan de compétences avec un autre organisme agréé ou vous conseiller sur les pistes de financements si vous reprenez une formation. 

Parmi les bonnes questions qui peuvent vous aider à vous orienter à ce stade, et sur lesquelles vous pourrez travailler avec votre conseiller : 

  • Pourquoi votre métier actuel vous plaît-il ? Qu’est-ce qu’au contraire vous n’appréciez pas ou plus dans ce travail ? 
  • Quelles sont les expériences et les missions dans lesquelles vous vous êtes le plus épanoui ? À l’inverse, lesquelles ont été les plus ennuyeuses ? 
  • Si vous avez vécu une forme de burn out, quel est l’environnement professionnel que vous souhaitez désormais ?
  • Quelles sont pour vous les bonnes conditions de travail, en termes d’équipe, d’horaires, de rémunération ou encore de lieu ? Au contraire, qu’est-ce que vous n’accepteriez pas ou plus ? 
  • Quel serait votre employeur idéal, et pourquoi ? À l’inverse, pour quelles entreprises ou structures ne voudriez-vous pas travailler, et pour quelles raisons ? (valeurs, conditions de travail, controverses…) 
  • Quels ont été jusqu’à présent vos points forts d’un point de vue professionnel ? Quels sont vos points de progression ? 
  • Quelles sont vos compétences clés aujourd’hui, et celles que vous voudriez développer demain ? 

 

L’objectif de cette étape est donc autant d’identifier vos compétences que de mettre en lumière vos envies qui vont guider votre projet de reconversion ou évolution, que vos points forts, sur lesquels vous allez pouvoir vous appuyer. Il est important de lister vos compétences transférables, et de réfléchir à la façon dont vous allez pouvoir valoriser au mieux votre expérience antérieure. C’est un élément clé pour construire un projet réaliste sur le marché et prendre confiance en vous. 

À ce titre, il est fortement conseillé de faire des mises en situation en milieu professionnel, via des stages de découverte par exemple, afin de bien choisir le futur métier et ne pas être confronté à une désillusion entre ce que la personne imagine du métier et sa réalité.

Comment choisir son domaine de reconversion à 30 ans ? 

A 30 ans, vous pouvez encore à peu près tout faire ! Face à l’embarras du choix, et si vous n’avez pas un métier-passion que vous avez toujours rêvé d’exercer, voici quelques pistes.

Se reconvertir pour un nouveau métier sans diplôme 

Contrairement à une idée reçue, il n’est pas forcément utile de repasser par la case formation pour se reconvertir. Au début, peut-être commencerez-vous avec peu de responsabilités ou une rémunération plus basse, mais de nombreux secteurs permettent une reconversion immédiate

C’est notamment le cas pour les métiers du commerce (hôte de caisse, vendeur…), ceux de la sécurité (pompier, vigile…), du service à la personne (aide aux seniors, à la petite enfance…), de la restauration (serveur…) ou encore de la logistique (chauffeur, livreur…). Vous aurez souvent l’occasion d’apprendre à changer en faisant, et le cas échéant d’évoluer ensuite vers d’autres fonctions. 

Se reconvertir vers des métiers avec diplôme 

Si suivre une formation ne vous fait pas peur ou que votre futur métier l’impose, autant opter pour un secteur dit « d’avenir », où les opportunités seront plus nombreuses et les perspectives plus vastes. 

Parmi eux, on peut d’abord citer tous les métiers liés de près ou de loin à la transition écologique, défi du siècle qui mobilise d’ores et déjà de nombreux professionnels dans toutes les activités : de l’agro-écologie à la rénovation énergétique des bâtiments, en passant par les cabinets d’étude qui réalisent des bilans carbone ou les responsables RSE qui impulsent la transition dans les entreprises… 

 

Dans les autres grandes tendances, les métiers du numérique ont également le vent en poupe, poussés par la transformation digitale des entreprises. La conjoncture favorise également les recrutements dans les métiers du soin, avec une population qui vieillit, ou encore dans l’éducation, secteur où de nombreux professionnels vont partir à la retraite dans les prochaines années. 

En conclusion, il faut toujours veiller à ce que la formation débouche sur un projet réaliste et réalisable sur le marché de l’emploi.

Découvrez le témoignage de Khévy, bénéficiaire de Mon CEP, passée d’un poste d’assistante RH à celui de conseillère en insertion professionnelle.

Comment se former pour apprendre un nouveau métier à 30 ans ? 

 

Se former n’est pas forcément synonyme de contrainte si l’on sait s’organiser ! Ce peut être un parcours de courte durée, centré sur vos besoins, pour apprendre rapidement un nouveau métier. De plus, des solutions de financement sont souvent disponibles pour vous aider. Voyons quelques-unes des nombreuses options qui s’offrent à vous.

Vous faire accompagner par un conseiller en évolution professionnelle 

Pour identifier la formation dont vous avez besoin et la mettre en place dans les meilleures conditions, Mon CEP peut vous aider. Il s’agit d’un service public gratuit et confidentiel. Vous serez accompagné par un conseiller en évolution professionnelle. Il validera avec vous votre projet, et vous ciblerez ensemble la ou les formations professionnelles adéquates ainsi que les organismes qui les dispensent, selon vos besoins et les certifications visées. Il vous aidera également à identifier les aides que vous pouvez obtenir pour financer votre démarche, et vous accompagnera dans le montage des dossiers souvent nécessaires pour les décrocher. 

Vous faire accompagner par Pôle emploi 

Les demandeurs d’emploi peuvent se faire accompagner de manière personnalisée par Pôle emploi. De la même manière, ce moment est l’occasion de faire le point sur votre projet, vos besoins de formation, et les aides dont vous pouvez bénéficier dans votre démarche. Ce suivi ne correspond toutefois pas forcément à toutes les situations, du fait du temps souvent limité dont disposent les conseillers Pôle emploi pour accompagner chaque personne. 

Mobiliser votre Compte personnel de formation ( CPF undefined ) 

Une fois la formation définie, vous pourrez démarrer la recherche de son financement. Une des possibilités est de mobiliser son Compte personnel de formation (CPF), si la formation est éligible. Celui-ci vous ouvre des droits à la formation, selon vos périodes d’activité (hors chômage) de votre début de carrière jusqu’à votre retraite. Vous pouvez consulter vos droits et les utiliser en vous rendant sur moncompteformation.fr. Plus de 14 000 formations professionnelles, en présentiel comme en distanciel, et certaines en temps partiel, y sont recensées. 

Je souhaite me former

Décryptage

Temps de lecture 6 min

Quand et comment quitter son CDI pour se reconvertir ? 

 

Vous avez un projet et une formation en vue… mais quand et comment sauter le pas ? Si vous êtes en CDI et que vous souhaitez rompre votre contrat, il existe différents moyens de le faire. 

 

Il y a d’abord la rupture conventionnelle, qui est une des modalités privilégiées par les salariés. Si elle vous permet de bénéficier de l’allocation d’assurance chômage, elle nécessite toutefois de trouver un accord avec votre entreprise, ce qui n’est pas forcément évident. 

 

À l’inverse, si vous souhaitez partir coûte que coûte et sans indemnité chômage, vous pouvez opter pour la démission. Il s’agit d’une décision unilatérale et donc bien plus simple à mettre en œuvre. Vous devrez toutefois respecter un préavis vis-à-vis de votre employeur. 

 

Enfin, un moyen de quitter votre CDI tout en sécurisant vos droits au chômage réside dans la « démission reconversion » ou « démission création d’entreprise » (selon votre cas). Assorti de quelques conditions, ce dispositif nécessite obligatoirement de vous faire accompagner par Mon CEP. 

Quelle que soit votre situation, nos conseillers sont là pour vous aider. Il s’agit d’experts du marché de l’emploi et de la formation professionnelle, qui sauront vous accompagner tout au long de vos démarches. Avec eux, vous trouverez les outils pour avancer vers votre nouvelle aventure professionnelle. 30 ans est le bon âge pour cela : n’ayez pas peur et lancez-vous dans une nouvelle vie ! 

Partagez cet article :

Démarrer votre accompagnement CEP

Service gratuit